real-estate-tag-line
real-estate-company-logo
real-estate-company-logo
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestShare on VK

Jean Marc Henry

Je suis Jean Marc Henry, expert spécialisé sur le marché Africain.
Je travaille pour la paix et le développement économique grâce aux ressources et aux potentiels des pays.
Je suis membre de Sport is Peace, chargé de mission Institutions & Diplomatie.

Le Kenya : Brève description

Pour l’anecdote, le Kenya tire son nom du second plus haut sommet d’Afrique, après le Kilimanjaro. Kenya. Ce nom a été donné par le peuple Kikuyu qui vivait au pied de cette montagne, et qui la surnommait « Kerenyaga », ce qui signifie « la montage de blancheur ». Car oui, il y a de la neige en Afrique, sur les sommets… Economiquement, le Kenya est une veritable plateforme tournante de l’Afrique de l’Est. La politique d’echange économique avec l’étranger est assez libérale. De ce fait, les industries vont bon train, ainsi que les secteurs forex, banque et assurances. L’agriculture est performante, mais les produits sont mal acheminés pour la distribution aux populations locales.

Le réseau

Le réseau web de Jean Marc Henry, par pays et thématique

 

Le Kenya

Vision de Jean Marc Henry

Kenya terre du développement économique

Le Kenya est le moteur économique et le principal facteur de stabilité de l’Afrique de l’Est. Son secteur privé, ses infrastructures et ses services financiers robustes contribuent grandement à la croissance de la région. Les activités diplomatiques et les initiatives de maintien de la paix du Kenya renforcent aussi son rôle de stabilisateur régional.

Si le potentiel économique africain s’affirme de jours en jours  comme une évidence auprès de la communauté économique internationale, une région semble se démarquer nettement en ce début d’année 2015 : l’Afrique de l’Est*. En effet, les plans d’investissements émanant du secteur public ou privé se….

L’Afrique a besoin d’un nouveau type de citoyen notre jeunesse.

L’Afrique a besoin d’un nouveau type de citoyen notre jeunesse. En Afrique, peut-être plus que nulle part ailleurs, on admire les grands hommes, les «héros». C’est pourquoi Sankara, Lumumba, Um Nyobé, etc. reviennent sans cesse dans nos chansons. On admire les grands hommes passés et on attend des sauveurs au présent et au futur. L’Afrique a besoin d’un nouveau type de leaders ( notre jeunesse ) pour engager sa transformation structurelle et notamment faire face aux défis de sécurité alimentaire, de démographie, de développement durable et de services sociaux que sont l’éducation, la santé et l’accès à l’eau et à l’assainissement Etc… Il est évident que des «hommes forts» les peuples africains n’en veulent pas. Mais qu’en est-il des «sauveurs»? Faut-il continuer à les attendre ? La réponse à cette question est très délicate. Le peuple africain dans sa grande majorité est un peu perdu. Il n’a pas une idée claire du chemin à emprunter pour sa renaissance. Par moment, il est conscient des sacrifices à consentir pour y arriver mais les redoutes, en partie parce qu’au nom de ces sacrifices peuvent aussi se perpétuer l’obscurité et la démagogie. Il est donc normal qu’il espère un leader éclairé et intrépide,...

Lire la suite

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestShare on VK